Saint-Brieuc

De retour du [Re]Work de la Cantine Numérique Rennaise

Posté par | Blog | Aucun commentaire
Rework cantine numerique rennaise

Faisons les présentations !

Lundi 3 février, nous étions une petite équipe de la:matrice à participer au [Re]Work de la Cantine Numérique Rennaise.
Le but de cette demi-journée était de réunir les acteurs du Coworking pour échanger autour de cette nouvelle façon de travailler et, de ses évolutions.

L’après-midi était organisé autour de 3 barcamp:
– Coworking et territoire
– Coworking et modèle économique
– Coworking et nouveaux modes de vie

On voit tout de suite qu’il y a des sujets plus sympa que d’autres, c’est-ce pas ?! Bon… surtout un…
Non pas que les autres étaient inintéressants (bien au contraire), mais beaucoup plus concrets !

Ces ateliers nous ont permis de réfléchir, ensemble, sur l’évolution des espaces de Coworking et leur pérennité.

Je ne vais pas vous faire l’inventaire de ce qui a été dit, mais plutôt vous résumer l’idée principale qui est ressortie grâce à chaque Barcamp.

Le Coworking, c’est un état d’esprit. C’est, avoir l’avantage de s’ouvrir aux autres.
Quel que soit notre statut, fréquenter un espace de coworking (au moins une semaine) permet de prendre du recul, d’avoir de nouvelles idées, et une nouvelle énergie.
On y fait de belles rencontres, on y découvre de nouvelles choses, la sérendipité est au cœur de nos tiers-lieux.

Le Barcamp : Coworking et nouveaux modes de vie.

Le Barcamp : Coworking et nouveaux modes de vie.

Alors, voici quelques idées :
– Permettre aux entreprises de sortir de leurs habitudes, en venant coworker  ?!
– Permettre à chacun de fabriquer son propre bureau, en mettant à disposition un lieu neutre ?! (c’est un peu comme à la maison, autant s’approprier le lieu)
– Proposer des services, des animations qui correspondent à notre territoire ?!

C’était intéressant que constater que, malgré l’expérience de certains, nous retrouvions régulièrement les mêmes problématiques.
C’était aussi extra de rencontrer d’autres adeptes du coworking. L’enthousiasme de faire vivre des tiers-lieux, finalement très uniques, est partagé par beaucoup !
Et puis, c’est toujours un plaisir de revoir les copains ! 🙂

 

Merci La Cantine Rennaise pour votre accueil et vos photos, à voir en intégralité ici ! 
C’était un si bel après-midi, que nous programmerons prochainement un [Re]Work à Saint-Brieuc. On vous tiendra au courant ! 🙂

Véronique

Posté par | Témoignages | Aucun commentaire

veronique_duplessy_pret_a_langer

la:matrice : Parles-nous de toi, de ton métier.

Véronique Duplessy : Je suis entrepreneur salariée d’Avant-Premières, coopérative d’activités et d’emplois.
Je conseille, loue et vends des couches lavables auprès des particuliers et des professionnels de la petite enfance (crèche, assistante maternelle,…) avec Prêt à Langer.
Cela fait désormais 3 ans que j’exerce cette activité.
Ayant moi-même découvert les couches lavables avec ma fille, je considère qu’il est indispensable d’être bien accompagné dans cette nouvelle aventure.
Il y a beaucoup de couches lavables disponibles et toutes ne conviennent pas aux bébés (ou aux parents). C’est pourquoi je propose systématiquement de la location aux personnes qui ne connaissent pas le principe.
Mon expérience me permet de leur donner mes trucs et astuces pour une bonne utilisation et un bon entretien des couches lavables.

la:matrice : Comment as-tu connu la:matrice ?

Véronique Duplessy : En fait la première fois que j’ai entendu parler du coworking à Saint-Brieuc, le projet en était à ses balbutiements : c’était en mai 2012, par l’intermédiaire d’Avant Premières, qui m’avait adressé le questionnaire de Ludovic Arnold, entrepreneur salarié et également ducatien, qui dans le cadre de son projet et de sa formation, faisait une étude sur la création d’un espace de coworking à Saint-Brieuc.
Je crois me souvenir, qu’à l’époque, je n’ai pas répondu à ce questionnaire car je n’avais pas bien saisi le concept et je n’étais pas certaine de me sentir concernée.

la:matrice : Avais-tu déjà entendu parler de coworking avant ?

Véronique Duplessy : Malheureusement non, je n’en avais jamais entendu parler avant et c’est bien dommage ! J’aurai aimé que ce type d’espace existe au démarrage de mon activité.
Parce qu’en fait travailler à la maison au début, c’est bien mais on s’aperçoit très vite que ça a ses limites.
La frontière entre vie personnelle et professionnelle est difficile à définir d’une part et, d’autre part on se retrouve vite isolé et on perd la motivation des débuts.

la:matrice : Qu’est-ce qui te plaît dans ce concept ?

Véronique Duplessy : C’est un concept génial ! Il y a du réseau, de l’échange, du partage, de la complémentarité, de la confiance. A la:matrice on est comme à la maison sans les inconvénients. On s’approprie le lieu, c’est l’humain qui fait le lieu ! Ça crée une dynamique, une émulation, c’est motivant de travailler seul mais ensemble !
On rencontre différents profils et types d’activités, du coup si on a se pose une question sur un sujet particulier, on est sûr de trouver les compétences au sein de la communauté des coworkers. Et si on ne trouve pas ce qu’on cherche, on peut compter sur la bienveillance du concierge, en l’occurrence Ludovic, qui est là pour connecter les gens (mais pas que !).
Et puis le vendredi midi on comiam ! C’est-à-dire qu’on fait à manger ensemble, on mange ensemble, on fait la vaisselle ensemble !
Il y a également des ateliers, des animations et des expérimentations autour du numérique, cela permet aux néophytes de découvrir et de comprendre comment ça marche !
Il y a énormément de « co » à la:matrice et ça c’est le bien surtout dans notre société actuelle.

la:matrice : Combien de fois par mois te rends-tu à la:matrice ?

Véronique Duplessy : Je suis adhérente depuis mai 2013 et je m’y rends tous les jours ou presque !

la:matrice : T’arrive-t-il encore de travailler de chez toi ?

Véronique Duplessy : Oh non, je ne travaille plus chez moi ! Le coworking : l’essayer c’est l’adopter !

 

Véronique Duplessy – Prêt à Langer (conseil, location et vente de couches lavables)
http://www.pretalanger.com/
@_pretalanger

Comment acheter local et responsable avec la BOSS

Posté par | Blog | Aucun commentaire

Vendredi 17 janvier, l’association Rich’ESS nous a présenté les acteurs de la BOSS pendant la Demo du midi.
Cette démonstration s’est déroulée dans les locaux de la:matrice, devant une trentaine de personnes.

la_BOSS_presentation_la_matrice_Saint_BrieucLa BOSS, c’est quoi ? 

La BOSS, c’est un projet porté par l’association Boutique Solidaire Bretagne (bsb), qui a pour ambition de favoriser les achats responsables en Bretagne.

La BOSS, c’est le 1er catalogue B2B interactif avec plus de 1000 produits et services proposés, qui accompagne les entreprises aux forts engagements sociaux, solidaires ou environnementaux.

La BOSS, comment ça marche ?

Le catalogue propose d’entrer en contact avec des entreprises aux compétences multiples. De l’achat de fournitures au conseil en développement économique, on s’aperçoit que la Bretagne abrite des entreprises portant de belles valeurs sous le signe du développement durable.

Pour cela, il suffit de se rendre sur le site www.laboss.fr et de rechercher le produit dont vous avez besoin. La recherche peut se faire soit par mots clés, soit par le menu textuel à gauche de l’écran.
Des petits pictogrammes nous permettent de savoir dans quel domaine l’entreprise est engagée : environnement, insertion, handicap, équitable ou/et ESS.
carte_la_boss_entreprises_bretonnes

Une cartographie des fournisseurs et prestataires nous permet également de retrouver les entreprises à côté de chez nous.
Lorsque vous avez trouvé votre bonheur, il vous suffit de faire une demande devis en ligne. 

Ce catalogue est uniquement sur Internet. C’est la meilleure solution que l’association ait trouvé pour avoir des offres à jour. 

Bientôt, la bsb vous proposera le même service, mais dédié aux particuliers : www.monique-solidaire.fr.
L’équipe de la:matrice remercie l’association Rich’ESS de nous avoir fait découvrir ce joli projet et nous leur souhaitons beaucoup de réussite.

Quoi ?! Tu ne sais pas ce qu’est Rich’ESS ?! 

Rich’ESS, c’est une association qui développe l’action de l’économie sociale et solidaire à Saint-Brieuc. Cette association rassemble tous les acteurs de l’économie sociale et solidaire, et toutes les personnes qui portent des valeurs de collectif et de solidarité.

Ma cité augmentée !

Posté par | Blog | Aucun commentaire

Work In Progress
Numérique ou «Ma cité augmentée» – les mots clés en image.
La Contremarche, la Matrice, la Société Subocéana et le Festival Photo reporter de Saint-Brieuc se sont associés et réfléchissent depuis plusieurs mois sur le développement d’une application pour smart phone et tablette permettant la conception de parcours numériques dédiés au Street Art.
Ce Work In Progress (Chantier en cours) a pour objet de vous présenter l’approche qui nous a animé, mais aussi le prototype de ce qui pourrait devenir une application libre à disposition de l’ensemble des acteurs du territoire, permettant à chacun de développer des parcours numériques associant réalité et réalité augmentée.

Nous souhaitions humblement partager avec vous notre expérience et vous associer à notre démarche.

En partenariat avec la contremarche, la Matrice et l’Agglomération de Saint-Brieuc.
Au Baluche (Parc des Promenades – St Brieuc) // À partir de 17h00 – Entrée libre

Ma cité augmentée from SuboceanaProd on Vimeo.

Fermeture de La Matrice

Posté par | Blog | Un commentaire

La Matrice prend ses congés d’été du 3 au 18 août 🙂

Rendez-vous le lundi 19 août pour une rentrée pleine d’événements.

Profitez bien du soleil, déconnectez-vous et revenez nous en forme ! 

Bonne vacances,

L’équipe de La Matrice

Saint-Brieuc – JellyWeek du 14 au 18 janvier 2013

Posté par | Blog | 2 commentaires

Du 14 au 20 janvier 2013, c’est la JellyWeek http://jellyweek.tumblr.com/, événement mondial autour du coworking.

Un jelly est une journée de coworking organisée n’importe où, avec éventuellement un moment fort pendant cette journée.

La JellyWeek, c’est une semaine de coworking, dans un lieu unique ou différent chaque jour, rassemblant une communauté désireuse de partager et collaborer !

La JellyWeek a pour but de créer une communauté à échelle mondiale basée sur le coworking !

Lors de la dernière JellyWeek en Janvier 2012, il y avait 223 jellies hébergées dans 35 pays, dont le Brésil, le Japon, la Nouvelle-Zélande, Colombie, Egypte, Kenya, Singapour, Kasachstan, Etats-Unis et la plupart des pays européens.

Pour l’année 2013, Saint-Brieuc est inscrit http://nkl4.me/5b et vous propose une semaine d’émulation collective.

Ces journées sont gratuites mais sur réservation !

Au programme :

Lundi 14 à Cap Entreprises

  • Coworking
  • Focus sur des entreprises briochines

Mardi 15 à la Coopérative d’Activités et d’Emploi des Côtes d’Armor Avant-Premières

  • Coworking
  • Atelier sandwich découverte Twitter
  • Focus sur un entrepreneur social et solidaire

Mercredi 16 à la Coopérative d’Activités et d’Emploi des Côtes d’Armor Avant-Premières

  • Coworking
  • Atelier sandwich découverte de Facebook
  • Focus sur un entrepreneur social et solidaire

Jeudi 17 au bar Le Soupson

  • Coworking
  • Atelier d’initiation au chiffrement de ses mails

Vendredi 18 à Exceltys  de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00

  • Coworking
  • Atelier – Les identités

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
JellyWeek

chargement de la carte - veuillez patienter...

JellyWeek: 48.514180, -2.765835

Journées de Coworking – Fin de l’année 2012

Posté par | Blog | Aucun commentaire

L’automne s’est installé ! Les températures chutent et la durée quotidienne de lumière naturelle se fait de plus en plus rare.
Cette période de l’année peut engendrer une baisse de motivation ou de créativité dans votre activité.

C’est pourquoi, le temps d’une journée, Coworking Saint-Brieuc vous propose de venir travailler seul(e) mais ensemble !

Ces journées de coworking sont l’occasion de rencontrer et partager avec des personnes aux compétences diverses et variées dans une ambiance conviviale et chaleureuse, mais également de travailler sur votre projet dans un espace autre que la maison ou le bureau.
Toujours en mode « Nomade », Coworking Saint-Brieuc vous propose pour les deux mois qui arrivent, deux lieux avec des environnements de travail complètement différents.

Le 08 novembre ! Vue sur mer, coquillages et crustacés à Jospinet Vallée

Près de la grève de Jospinet, les entreprises Suboceana et GG Coriolis nous invitent dans leurs locaux.
Au programme de la journée :

– Huitres et moules marinières pour le déjeuner (participation financière à prévoir pour celles et ceux qui désirent manger des fruits de mer)

– Démonstrations ludiques de réalité augmentée, réalité virtuelle, web 3D, interfaces utilisateurs …

– De la bonne humeur et du partage

Retrouvez le détail de cette journée sur la page du Jelly du 08 novembre 2012

Le 06 décembre ! Au coeur d’une pépinière d’entreprises

Au coeur d’un centre d’affaires, Cap entreprises nous accueille dans un cadre de travail stimulant.
C’est également l’occasion de connaitre et comprendre ce qu’est une pépinière d’entreprise et d’éventuellement rencontrer ses acteurs.

Retrouvez le détail de cette journée sur la page du Jelly du 06 décembre 2012

  • Vous êtes créateur d’activité, travailleur indépendant, nomade, artisan, artiste, télé travailleur … ces journées sont faites pour VOUS !
  • Les journées de coworking sont libres et gratuites, vous n’êtes pas obligé d’y rester toute la journée mais plus vous y participez, plus vous y gagnez !
  • Venez avec votre matériel de travail : ordinateur portable, tablette, feuilles, crayons …
  • Ces journées ne sont pas dédiées au networking, ni à la vente ou à la promotion de votre activité.

Pascal

Posté par | Témoignages | Aucun commentaire

 

la:matrice : Parle-nous de toi, de ton métier.

Pascal Méance : Après un parcours d’ingénieur-manager dans l’industrie, je suis consultant en management depuis 13 ans. Après avoir appris le métier du conseil dans un cabinet de taille moyenne à Nantes, je me suis mis à mon compte en 2005. Ainsi, depuis plus de 10 ans, j’aide mes clients à améliorer leur compétitivité en transformant l’organisation et l’animation de leurs projets et de leurs opérations.

Mon métier consiste à analyser avec le client, en général un dirigeant de PME, sa problématique (mes projets n’aboutissent pas assez rapidement, ou bien ils n’atteignent pas leur but, … nos livraisons sont trop souvent en retard, nos collaborateurs ont le sentiment d’être débordés, j’ai trop de problèmes concernant la qualité des produits et cela me coûte cher en retouches, …) et à proposer et mettre en oeuvre avec les équipes, sur le terrain, des solutions qui sont pérennes parce que les personnes ont participé au choix des solutions et ont été formées aux outils mis en oeuvre.

Je suis indépendant mais je travaille souvent en équipe, avec autour de moi un réseau de consultants ou de cabinets constitué au fil de mes expériences professionnelles, ce qui permet de répondre à des besoins complexes et/ou représentant une charge de travail importante.

Je tiens à conserver le sens du terrain, c’est pourquoi je veille à équilibrer mon activité de consultant avec une activité de manager de transition, ou d’interim manager, qui consiste à assurer pendant quelques mois une fonction de management opérationnel dans une entreprise, en attendant un recrutement ou le retour d’un manager empêché.

Je donne également un cours de management de projets industriels à l’ESLI (Ecole Supérieure de Logistique Industrielle) de Redon, et j’accompagne les étudiants dans leurs stages en alternance dans les entreprises de Bretagne.

la:matrice : Comment as-tu connu la:matrice ?

Pascal Méance : Je suis en relation sur Twitter depuis plusieurs mois avec Ludovic Arnold qui porte ce projet et me l’a présenté. Le projet était dans une phase de conception, je suis content de le voir maintenant entrer en phase de lancement.

la:matrice : Avais-tu déjà entendu parlé du principe du coworking ?

Pascal Méance : Oui, je tiens une veille professionnelle assez large sur les modes d’organisation du travail et notamment les modes collaboratifs, et j’ai suivi avec intérêt les projets de coworking, comme par exemple les « Cantines Numériques »…

la:matrice : Qu’est-ce qui te plaît dans ce concept ?

Pascal Méance : Les technologies numériques (et la pression économique sur la « flexibilité » des emplois et ressources, mais c’est un autre sujet !) favorisent l’émergence d’un nombre toujours plus grand de travailleurs et d’entrepreneurs indépendants. Le concept de coworking présente à mon avis à ces acteurs deux apports majeurs bénéfiques:
La mise à disposition, pendant qu’on travaille sur ses propres sujets, de compétences complémentaires permettant de répondre rapidement à un problème, de combler une lacune,…
La mise en réseau de ces travailleurs et entrepreneurs, qui évite l’enfermement et la solitude, permet l’échange entre pairs, et constitue progressivement un écosystème local dynamique, favorable au développement de ces petites entreprises.

la:matrice : Comment envisages-tu le coworking et ton activité, qu’est -ce-que ça peut t’apporter professionnellement, personnellement, etc. ?

Pascal Méance : Quand je suis sur une mission, je travaille chez mes clients. Une bonne part de mon activité commerciale se fait également chez mes prospects. J’ai également une activité importante de veille, technique et stratégique, et je passe du temps de conception d’offre et de projets en avant-vente, ainsi qu’un peu (toujours trop !?;) de gestion. Pour ces activités, j’ai un bureau, que j’ai installé dans une annexe de mon habitation, et j’y travaille seul. J’y passe en moyenne entre 20% et 40% de mon temps, selon le volume de mes affaires.
J’essaie toujours de conserver du temps pour des activités informelles de réseau. Dans ce cadre, j’envisage le coworking sur un rythme de 1 voire 2 jours par mois, qui pourrait convenir à mes travaux de conception d’offre, pour bénéficier de points de vue différents et pourquoi pas travailler sur des projets ciblés avec des membres qui disposent de compétences qui pourraient m’être utiles professionnellement.
Personnellement, c’est la rupture de l’isolement qui est le plus gros apport, et aussi – si cela se présente – la possibilité de recevoir des signes de reconnaissance hors de tout rapport marchand.

Pascal Méance – Consultant en management

http://www.avelmorpilotages.fr

@PMeance

Yes ! We are coworkers

Posté par | Blog | Aucun commentaire

Les 14, 15 et 16 septembre 2012 à Paris, a eu lieu le premier CoworkingWeekEnd, une rencontre dédiée à la communauté francophone du coworking.

Pendant ces 3 jours, les acteurs du coworking ont travaillé sur les manières de développer les projets d’intéret commun.

 C’est dans ce cadre qu’un collectif de porteurs de coworking et de coworkers ont lancé le projet wearecoworkers.net. Développer les collaborations entre espaces, Coworkers et porteurs de projet sont les raisons qui ont poussé à créer cet outil.

Cette interface permet de rechercher un coworker par son nom, son lieu de coworking ou par ses compétences.

Une API ainsi qu’un plugin WordPress sont également disponibles. Exemple sur notre parge We are coworkers Coworking Saint-Brieuc

N’hésitez pas à vous inscrire 😉 http://www.wearecoworkers.net/

Amélie

Posté par | Témoignages | Un commentaire

la:matrice : Parle-nous de toi, de ton métier.

Amélie Brocail : Bonjour, je travaille dans le domaine de la communication depuis 7 ans. J’ai d’abord été chez l’annonceur, en agence de communication puis en régie publicitaire et, j’ai lancé mon activité freelance il y a un peu moins d’un an.

Je suis chargée de communication web indépendante. Mon métier consiste à accompagner les entreprises dans leurs stratégies de communication en ligne. Je les conseille et mets en place les outils nécessaires à la construction de leur image de marque sur le web.

la:matrice : Comment as-tu connu le coworking ?

Amélie Brocail : Je travaille à mon domicile, où je me suis aménagé un bureau pour pouvoir travailler tranquillement. Mais depuis que je suis installée, je sais que travailler de chez soi n’est pas une mince affaire. Il faut savoir faire la part des choses et distinguer vie privée et vie pro.

L’envie d’entreprendre me démangeait depuis longtemps et j’envisageais de former un collectif, avec des personnes qui auraient d’autres compétences (graphiste, développeur, photographe,…) on aurait pu louer un bureau tous ensemble et bosser en synergie. Et puis en me renseignant sur Internet, j’ai découvert le coworking et, j’ai tout de suite pensé que ce serait génial si un tel concept pouvait exister à Saint-Brieuc.

la:matrice : Comment as-tu connu la:matrice ?

Amélie Brocail : Ludovic (le créateur de la:matrice ndlr) et moi sommes dans la même association, Kreizenn dafar. Je fais donc partie des premières personnes qui ont eu connaissance de son projet. J’ai naturellement tout de suite accroché et je le soutiens dans son projet.

Les jelly hebdomadaires me permettent de sortir de chez moi, de casser la routine. Maintenant, j’attends avec impatience que le projet soit monté et que l’on puisse profiter du coworking un peu souvent plus qu’une seule fois pas semaine. 🙂

la:matrice : Qu’est-ce qui te plaît dans ce concept ?

Amélie Brocail : Quand on est travailleur indépendant, on est généralement à la maison. Et on peut entrer dans un cercle vicieux, bosser à n’importe quelle heure de la journée et être moins motivé. Ce n’est pas la meilleure façon pour développer son activité…

Quand on se retrouve dans un espace de coworking, on est happé par une énergie, c’est super positif. On est entre freelance, travailleur en télétravail ou même commerciaux. On est tous concentrés sur notre travail. Mais quand l’envie nous prend, on discute, on écoute de la musique, on se relâche.

C’est également un excellent moyen de développer son réseau.

Venir travailler dans ce lieux, c’est également un excellent moyen de développer son réseau professionnel. On y fait de belles rencontres, qui peuvent nous permettre de monter un projet ensemble.

Amélie Brocail – Chargée de communication web freelance

http://www.ameliebrocail.fr

@abrocail